communiqué de SOLIDAIRES 65

Publié le par zuzu

COMMUNIQUE de l’Union Syndicale SOLIDAIRES des Hautes 

                                             Pyrénées.

 

                         40 ans : c’est trop jeune pour mourir !  

 

Le 30 novembre dernier, se tenait le séminaire annuel de la Direction de l’ANPE Midi Pyrénées Ouest à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Tarbes et des Hautes Pyrénées. Outre les figures imposées que requiert habituellement ce genre de rituel emprunté aux artifices de la « culture d’entreprise » ( « nous avons tous bien travaillé mais il y a encore beaucoup à faire » , « tous ensemble face aux enjeux de 2008 ! »…) , cette année était l’occasion, pour les organisateurs, de fêter les 40 ans de l’ANPE.

Les chômeurs et précaires du département étaient aussi au rendez vous ( AC !65 ), avec SUD ANPE, le Syndicat National Unifié de l’Agence…et SOLIDAIRES.

Ensemble, nous avons réaffirmé notre opposition sans réserve au projet de fusion de l’assurance chômage et de l’ANPE dont la logique conduit à la privatisation du Service Public de l’Emploi, à la précarisation du statut de ses personnels et au contrôle social des demandeurs d’emploi de notre pays.

De plus, le directeur régional et le directeur départemental de l’Agence se sont engagés, auprès du secrétaire d’AC !65, à respecter enfin l’obligation légale de tenue des réunions locales du comité de liaison ANPE , ainsi que les conditions d’affichage dans les Agences Locales pour l’Emploi (A.L.E. ) des communications adressées aux directeurs d’agence par les organisations de chômeurs. Si la loi contre l’exclusion a mis en place les comités de liaison, c’est bien pour permettre à ces organisations  de faire remonter les problèmes des sans emploi et obtenir des améliorations dans les A.L.E.

     S’inscrivant dans l’action nationale du 27 novembre 2007, l’Union Syndicale SOLIDAIRES 65 soutient la mobilisation des précaires, des chômeurs, des salariés de l’ANPE et des ASSEDIC du département contre le projet gouvernemental de fusion des A.L.E. et du réseau des ASSEDIC.

Pour que soient respectés les principes de proximité territoriale, d’égalité de moyens et de traitement des personnes privées d’emploi.

Principe qui, seuls, permettent l’existence d’un véritable Service Public de l’Emploi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article