Soutien à la grève des mineurs en Pologne. Déclaration d’O. Besancenot

Publié le par zuzu

En Pologne, les mineurs de charbon de la mine KWK Budryk ont entamé leur cinquième semaine de grève. Ils demandent l’alignement de leurs salaires sur ceux des autres mines faisant partie de la même compagnie, la SA des mines de Jastrzebie (JSW), détenues à 100% par l’État.

Leurs exigences sont justes : à travail égal, salaire égal ! Depuis un mois, la direction et le gouvernement polonais multiplient les pressions, les menaces et refusent de négocier sérieusement.

Le PDG de JSW, P. Bojarski, a déclaré que « ce sont les familles des grévistes qui feront faillite » et pas son entreprise même si « la grève devait durer des mois ». Le vice-premier ministre en charge de l’économie, W. Pawlak, clame qu’il est inadmissible que « trois syndicalistes très radicaux » déstabilisent l’industrie minière. Le 15 janvier, les mineurs de Budryk ont repris l’occupation du fond de la mine.

Quatre d’entre eux ont entamé une grève de la faim. Ils ont annoncé qu’ils ne négocieront que dans la mine, en présence de tous les grévistes, comme en août 1980, à Gdansk. Le comité de grève de Budryk a lancé un appel à l’aide à tous les travailleurs, leur demandant de montrer « que la solidarité internationale des travailleurs n’est pas un slogan creux ». Je soutiens totalement la grève des mineurs de charbons et la LCR appelle tous les travailleurs et leurs organisations à soutenir la lutte de leurs frères polonais.

La LCR ouvre une souscription pour venir en aide aux mineurs grévistes de Budryk (chèques à l’ordre de LCR-Pologne, avec au dos, la mention « soutien aux mineurs polonais grévistes » à envoyer à LCR-souscription, 2 rue Richard Lenoir, 93100 Montreuil).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article