Sarkozy président-missionnaire.

Publié le par zuzu

La loi de 1905 sur la séparation de l’église et de l’état a été l’aboutissement d’un combat séculaire pour obtenir que la religion se cantonne à la sphère privée et cesse de vouloir légiférer sur tout ce qui concernait la vie politique et sociétale, la vie des gens. La laïcité positive à laquelle se raccroche N.Sarkozy n’est un gadget creux destiné à relativiser ses multiples allégeances à la religion dans ses récents discours que ce soit à Saint-Jean-de-Latran ou à Ryad. Pour des raisons d’opportunité, le président chanoine mène campagne pour tracer un trait d’égalité entre civilisation et religion, malgré tous les massacres liés aux multiples guerres ou persécutions religieuses qui jalonnent l’histoire de la religion catholique. Il donne des gages à l’extrême droite quand il évoque les racines chrétiennes de la France. Ses multiples références à Dieu vont de pair avec un dénigrement des laïcs, qu’ils soient instituteurs ou militants politiques, dont le combat pour le progrès social est discrédité. N.Sarkozy n’en oublie pour autant son rôle de marchands d’armes et du nucléaire puisqu’il vient de placer deux centrales en Arabie Saoudite et une base militaire à Abu Dhabi. La LCR rappelle son attachement à la séparation de l’église et de l’état. Elle condamne le prosélytisme en faveur de la religion auquel se livre N.Sarkozy actuellement. Le 18 janvier 2008.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article