Motion CA du 16 février 2008, collège Bagnères de Luchon

Publié le par zuzu

 

 

Les professeurs, les parents d’élèves et les représentants des collectivités ont décidé de ne pas siéger lors de la première convocation des C.A du lycée et du collège de Bagnères de Luchon. En effet la dotation horaire proposée initialement, toujours en baisse depuis des années atteint aujourd’hui un seuil inacceptable. Notre Etablissement, classé en zone rurale jusqu’en 2002  et situé en zone montagne doit depuis lors fonctionner comme un Etablissement de ville.

En raison de son éloignement, nous accueillons tous les élèves, même ceux relevant d’un enseignement spécialisé. Nous scolarisons également des élèves en surpoids ou obèses qui sont, sauf exception en grande difficulté voire même re-scolarisés après une interruption d’études, et ce sans qu’aucune dotation horaire n’ait été consentie pour les enseignements. Et à la rentrée prochaine il nous est imposé de fermer la 3° d’insertion, donc de répartir sur les classes de 3° (6 par classe)  les élèves relevant d’une telle structure.  Nous perdons également une classe de 6°.

Cela signifie que les effectifs des deux niveaux cités s’élèveront à 30 alors que nous devons intégrer des élèves en grande difficulté, voire en rupture par rapport au système scolaire. Pour pouvoir maintenir les deux dispositifs d’aide et soutien mis en place en 5° et 4°, le collège doit renoncer à l’option latin en collège. Les élèves qui ont suivi cette option en 5° ne pourront pas la poursuivre en 4° , les autres n’auront plus cette possibilité.

Malgré les propositions effectuées par l’administration, qui répartissent au mieux les moyens qui nous sont accordés, cette dotation horaire est dans la droite ligne des restrictions antérieures qui aboutissent à sacrifier les élèves qui suivent bien et les élèves moyens en les condamnant à abandonner certaines options et à suivre leur scolarité dans des classes ingérables en raison de leurs effectifs et de l’extrême hétérogénéité des élèves. L’objectif visé serait-il de vider de tout enseignement les collèges publics pour en faire des lieux de garderie que l’on ne s’y prendrait pas autrement.

Ajoutons à cela le non remplacement de  professeurs   depuis décembre (Lettres, Arts Plastiques, Education musicale), heures d’EPS finalement assurées fin octobre, situation qui souligne la difficulté due à notre situation géographique et aux restrictions budgétaires effectuées sur les remplacements.

Pour toutes ces raisons, les professeurs siégeant au C.A on décidé de déposer cette motion et de voter contre la répartition horaire proposée  car adopter cette répartition, seule liberté qui nous est accordée en la matière revient à cautionner une dotation horaire qui signe l’arrêt de mort de l’école de la République qui se veut égalitaire.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article