L’essence trop chère, ca suffit

Publié le par zuzu

 

Illustration manquante

 


































Pour celles et ceux, de plus en plus nombreux, qui ont du mal à boucler les fins de mois, l’augmentation du prix de l’essence est insupportable. C’est d’abord un problème de salaire. 300 euros de plus par mois, aucun salaire, retraite ou minima sociaux en dessous de 1 500 euros net, c’est l’exigence que doit imposer une mobilisation interprofessionnelle prolongée. Immédiatement, la prime de transport généralisée et indexée doit faire payer aux patrons le coût du trajet domicile-travail. Avec une inflation à 3,3 %, une revendication oubliée s’impose, l’échelle mobile des salaires, c’est-à-dire leur augmentation automatique en fonction des prix.

Les impôts indirects, TVA ou TIPP, profondément injustes, doivent être supprimés sur l’indispensable pour se nourrir, se loger, se chauffer, se déplacer pour aller travailler ou étudier. L’alimentation, le logement, les transports augmentent le plus, les plus pauvres sont les plus pénalisés. Bloquer les prix des aliments de première nécessité et payer équitablement les producteurs, paysans ou pêcheurs, c’est possible, en prenant sur les profits des trusts de l’agroalimentaire et des grandes surfaces.

De même, fixer les prix du fuel domestique et des carburants pour les déplacements quotidiens permettrait aux travailleurs de ne pas faire les frais de la flambée des prix du pétrole. Passer moins de temps en voiture, beaucoup d’entre nous en rêvent, nous n’avons pas choisi d’habiter loin de notre lieu de travail ou de subir l’absence de transports en commun. Il y a urgence à réduire la consommation de pétrole. Mais des mesures socialement injustes ne convaincront pas, au contraire !

Pour imposer des choix écologiques efficaces, il faut retirer aux compagnies pétrolières leur pouvoir de polluer, d’exploiter et de piller. Il faut nationaliser Total et annuler les privatisations d’EDF et GDF afin de créer un grand service public de l’énergie. Les profits pétroliers confisqués serviront, dans ce cadre, à développer des transports en commun gratuits, confortables, en nombre suffisant, à donner la priorité au rail, à financer l’isolation des logements, à développer les énergies renouvelables (solaire, éolien)…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article