Solidarité avec les salariés de Renault en lutte.

Publié le par zuzu

Carlos Gohn, le PDG de Renault, enchaîne les provocations. Après avoir officialisé 6 000 suppressions d’emplois à Renault avec les répercussions inévitables chez les sous-traitants, il vient de décréter 15 jours de chômage forcé en octobre et novembre.La colère gronde parmi les salariés de Renault Sandouville, site déjà frappé par la suppression de 1000 emplois.Nous partageons l’indignation et la révolte des salariés de Renault et soutienons la mobilisation enclenchée par les ouvriers de Sandouville ces derniers jours.La direction de Renault veut faire payer le ralentissement économique dans l’automobile aux salariés pour pouvoir poursuivre l’augmentation des dividendes versés aux actionnaires, l’objectif étant de 6% en 2009. Des journées d’action et de grève sont prévues dans l’automobile en septembre et en octobre. Les licenciements frappent aujourd’hui de très nombreux salariés dans différents secteurs. Pour s’opposer aux suppressions d’emplois, il est nécessaire de construire une mobilisation unitaire et interprofessionnelle qui rassemblerait tous les salariés des différents secteurs frappés par les licenciements.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article