LA POSTE

Publié le par zuzu

Créer des collectifs unitaires partout

Après le succès de la grève du 23 septembre (40 % de grévistes) à La Poste, une dynamique de mobilisation de grande ampleur contre la privatisation se met en place.

Paris, 23 septembre 2008. Jour de grève à La Poste. Photothèque Rouge/JMB

 

Un quotidien titrait, il y a quelques jours, « La bataille de La Poste ». Désormais, les camps sont bien identifiés. Les opposants à la privatisation sont réunis dans le comité national de mobilisation. De l’autre côté, même si le gouvernement reste prudent dans sa communication, et si Sarkozy n’a pas évoqué La Poste dans son intervention de Toulon, il est clair que le pouvoir soutient, sans réserve, le projet de privatisation.

La constitution de la commission « Pour le développement de La Poste » en est l’illustration. Elle regroupe les députés Patrick Ollier (UMP), Jean Dionis du Séjour (Nouveau centre), le sénateur Pierre Hérisson (UMP), tous trois artisans acharnés de la loi de dérégulation postale de 2005. On y trouve aussi Élie Cohen, économiste ayant beaucoup œuvré à la privatisation de France Télécom et d’EDF. Il n’y a rien à attendre de cette commission : les syndicalistes et les deux parlementaires de gauche qui y siègent devront seulement l’utiliser comme tribune. Cette commission devant rendre ses conclusions avant le 30 novembre, il est indispensable de multiplier les initiatives d’ici là, comme le propose l’intersyndicale regroupant cinq fédérations de postiers.

Il y a urgence à créer, partout où les conditions le permettent, des collectifs locaux de mobilisation. Il faut interpeller les élus et aller au devant des usagers. Pour organiser cette mobilisation, le comité national vient de prendre une série de dispositions. Un groupe d’animation est mis en place pour alimenter les comités en matériel en argumentaires et relayer les initiatives prises localement. Un site Internet sera également disponible dans les prochains jours, afin de centraliser les informations sur la création de collectifs locaux et les mobilisations dans les départements, villes et villages.

La logistique mise en place, il reste maintenant aux organisations participant au comité national à se mettre en contact au niveau local, pour constituer des collectifs et lancer rapidement des initiatives. Celles-ci devant, avant le 30 novembre, déboucher sur une initiative de caractère national, qui pourrait se traduire par des manifestations régionales, un samedi après-midi, afin de permettre d’associer les postiers et les usagers. Le congrès des maires de France, du 26 au 28 novembre, sera également une échéance importante pour organiser une initiative visible. D’ores et déjà, des contacts ont été pris dans un certain nombre de villes. Il est important que ces exemples soient suivis par d’autres, fassent tache d’huile et qu’une dynamique de grande ampleur s’enclenche au plus vite.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article