RÉUNION DU COMITÉ D’ANIMATION NATIONAL

Publié le par zuzu

C’était la première fois que le Comité d’animation national (CAN) provisoire du NPA1 se réunissait sur deux journées, les 11 et 12 octobre. Cela lui a permis à la fois de prendre le temps d’un débat politique appro­fondi sur la situation politique, et de poursuivre le travail de préparation du congrès de fondation
Photothèque Rouge/tn

Photothèque Rouge/tn

Le CAN s’est réuni en plein développement de la crise capitaliste. L’occasion d’analyser ce qui se passe et de discuter des réponses du NPA. La crise n’est pas celle d’un « mauvais » capitalisme, mais bien celle d’un système tout entier orienté vers la recherche effrénée du profit. À l’heure où des millions de travailleurs, de jeunes, de chômeurs en prennent la mesure, l’appel au rassemblement des anticapitalistes prend tout son sens. Face à la crise, les tentatives pour moraliser le système, en corriger les défauts, sont vouées à l’échec.

C’est bien la transformation révolutionnaire de la société qu’il s’agit de préparer. Il nous faut aussi populariser des réponses immédiates. Il faut affirmer l’exigence de faire payer la crise aux riches, en soulignant que l’argent qui n’existait prétendument pas pour financer les services publics ou l’augmentation des salaires, des retraites, des minima sociaux, se trouve par milliards pour éponger les pertes des spéculateurs. Le NPA réclame également que l’on stoppe la privatisation de La Poste, à l’heure où il s’agirait, à l’inverse, de prendre le contrôle public des banques et du crédit. Le CAN a en outre décidé d’en appeler à une rencontre de toute la gauche syndicale, politique, associative pour débattre des réponses unitaires que l’on peut avancer, dans l’intérêt de la majorité de la population, face à la politique de Sarkozy et du Medef. Une commission s’est dégagée pour éditer un argumentaire sur la situation et nos réponses (brochure, vidéos…). Enfin, le CAN appelle les comités à multiplier les réunions publiques et organisera le premier grand meeting du NPA, à Paris, salle de la Mutualité, le jeudi 6 novembre, à 20h, avec Olivier Besancenot et des représentants du mouvement.

Autre grand « chantier » du week-end, le travail sur les textes de congrès. Le CAN s’est séparé en quatre groupes de travail. Trois groupes avaient en charge de faire avancer le travail de rédaction des trois textes qui seront soumis au vote du congrès : une déclaration de principes fondateurs ; un document d’orientation analysant la situation politique, les réponses immédiates qu’elle appelle, et définissant les tâches jusqu’au congrès suivant ; un troisième document concernant les statuts provisoires. Les commissions ont travaillé à partir des remarques remontant des comités.

Ceux-ci vont maintenant pouvoir s’inscrire dans la seconde étape de la discussion, à partir de textes désormais rédigés. Lors de la prochaine coordination nationale, les 8 et 9 novembre, les délégués des comités confronteront les amendements dont ils seront porteurs, pour enrichir les textes et, le cas échéant, rendre explicite, sous la forme de rédactions alternatives, les points de controverse. Le quatrième groupe de travail a commencé a porté sur le choix du nom du parti. À partir des discussions nourries qui existent dans le mouvement, les discussions commencent à peine au CAN sur la façon dont nous allons trancher et, pour favoriser ce choix, sur ce que doit refléter le nom.

10 000 commandes de cartes

Le CAN a fait aussi le point sur les contacts avec d’autres courants. Il a été réaffirmé la volonté de tout faire pour que se rassemblent les forces de la gauche anticapitaliste. Concrètement, la discussion se poursuit avec les camarades qui ont signé l’appel dans Le Monde (Clémentine Autain, Luc Boltanski...), avec les Communistes unitaires, avec les Motivés. La fraction l’Étincelle, minorité de LO, vient d’être exclue de cette organisation. Elle participe positivement au processus en qualité d’observateur. Il s’agit de voir si les camarades souhaitent désormais prendre toute leur place, ce que tous les participants souhaitent.

Divers autres points ont été examinés. Des rencontres thématiques seront organisées dans les semaines à venir, à l’initiative des commissions « Écologie », « LGBT », « Jeunes ». D’autres sont envisagées à l’initiative des commissions « Féminisme » et « Quartiers populaires ».

Enfin, sans être exhaustif, une information a été donnée sur l’état de diffusion des cartes. Les comités en ont commandé autour de 10 000 pour permettre aux militantes et aux militants qui les composent de devenir des membres fondateurs. Les commandes se poursuivent, signe de la vitalité du processus. Une vitalité qui s’exprime aussi par le succès des initiatives publiques, à l’image de la réunion ouverte de Decazeville (15 000 habitants, à laquelle ont participé 80 personnes), ou de celle d’Evreux (50 000 habitants), où le meeting d’Olivier Besancenot s’est déroulé dans une salle pleine à craquer, qui n’a pas pu accueillir tout le monde. 

1. Le CAN a été désigné à l’occasion de la première coordination nationale des comités, en juin dernier. Il est composé d’environ 65 représentants, environ 45 délégués des comités de tout le territoire, 21 membres de la direction de la LCR, des observateurs de la fraction l’Étincelle récemment, ancienne minorité de Lutte ouvrière. Sa composition sera réexaminée à l’occasion de la prochaine coordination nationale des 8 et 9 novembre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article