Tribune pour le prochain bulletin municipal d'AUREILHAN

Publié le par zuzu

Sans discussion au sein de la commune d’Aureilhan, la majorité municipale PS, PCF et

Vert, conduite par Y. Boubée, a décidé, unilatéralement, d’appliquer la “loi scélérate”

du gouvernement Sarkozy qui sous le prétexte fallacieux de l’accueil des enfants,

instaure le service minimum à l’école, le jeudi 20 novembre 2008, jour de grève du

personnel enseignant.

Comment  des partis qui se disent de gauche, peuvent-ils mettre en place une loi dont le but

consiste à remettre en cause le droit de grève, durement établi par les générations précédentes ?

Devant une atteinte si grave à ce droit fondamental, l’esprit “légaliste et républicain” invoqué

par Y. Boubée n’est donc  pas de mise et apparaît totalement ridicule d’autant plus que le

maire socialiste ne peut ignorer les véritables motifs de cette loi.

Mais, il est heureux que dans notre ville comme dans beaucoup d’autres de notre pays, les

parents d’élèves n’ont pas été dupes de la politique en matière scolaire du gouvernement de

droite, soutenu par J.M Lacabanne.  Au final  , ce zèle, faussement républicain, de la majorité municipale s’est soldé par des  dépenses supplémentaires outre le fait que la sécurité des enfants n’apparaissait pas garantie

avec les conséquences pénales éventuelles qui pouvaient surgir en cas d’accident.

A l’issue des élections régionales de 2004, le PS et ses alliés vainqueurs voulaient constituer

un contre pouvoir  au gouvernement mais, en 2008, ils ont encore perdu l’occasion de le  faire.

 

La fiscalité  est une question clé pour mener une véritable politique publique en faveur

des différentes catégories de la population. Bien que les grands politiques et leurs

partis de droite comme de gauche  en parlent régulièrement, les réformes menées

jusqu’à présent se font dans  un sens contraire qui favorise la petite poignée de nantis de

notre “douce France”. Le bouclier fiscal en est le fameux et médiatique avatar du

gouvernement Sarkozy-Fillon.

Une fiscalité mal répartie, des dotations de l’État en baisse et la péréquation entre communes

pauvres et riches étant toujours l’arlésienne, se traduisent certes par des budgets communaux

difficiles.

Mais la majorité municipale de gauche d’Aureilhan ne doit pas échapper pour autant à ses

responsabilités tant au niveau local que national et occulter ainsi la demande sociale comme

par exemple la mise en place de la gratuité de la garderie scolaire.

D’après Y. Boubée, cette gratuité s’accompagnerait d’une augmentation de 1 % des impôts

locaux (La Semaine du 18.09.08).  S’est-il posé cette question de l’augmentation des impôts

en dotant sa fonction et celle du conseiller général du canton d’un bureau de 25 m² chacun

dans la mairie ? De même pour des subventions à des promoteurs privés…etc.

Il y a bien des choix à faire.  Nous préférons ceux qui servent la population aureilhanaise.

Jacques Lapalisse & Audrey Mauhourat, conseillers municipaux d’Aureilhan

Le 24 novembre 2008

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article