Pour le retrait des réformes Pécresse-Darcos

Publié le par zuzu

La mobilisation qui s'est développée depuis plusieurs semaines, avec notamment la grande manifestation du 19 février, a contraint François Fillon le rôle de pompier de service: réécriture du décret de Valérie Pécresse sur les enseignants-chercheurs et engagement à ne pas recourir à des suppressions de postes en 2010 et 2011. Mais la réécriture n'est pas le retrait.

Et les coordinations universitaire et étudiante ont appelé à manifester le 5 mars. C'est l'ensemble des réformes Pécresse-Darcos dont il faut obtenir le retrait car elles plongent les universités dans une concurrence effrénée générée par la loi LRU, elles bradent la formation des enseignants à travers la mastérisation qui va déconnecter les concours de recrutement de la formation et renforcer la précarité, elles visent à soumette au bon vouloir des présidents d'université les conditions de travail des enseignants-chercheurs et la répartition entre recherche et enseignement.

De plus, le gouvernement ne revient pas sur les 1030 suppressions de postes planifiées pour 2009.

L'esquive tactique effectuée par le gouvernement Fillon souligne surtout sa crainte de voir les mobilisations converger. Le NPA est solidaire de cette lutte des enseignants, chercheurs, personnels administratifs, des bibliothèques et des laboratoires, des étudiants pour sauver le service public de la destruction programmée par la politique libérale du gouvernement. Poursuite et convergence des mobilisations c'est l'urgence.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article