La colère sociale monte de tous les côtés

Publié le par zuzu

contre les patrons licencieurs et le gouvernement Sarkozy-Fillon accroché à son bouclier fiscal, aux réformes libérales dans tous les domaines et qui ne veut rien lâcher de sa politique anti-sociale. Continental, Sony et Glaxo sont les derniers exemples en date, dramatiques pour les salariés, des ravages de la crise du capitalisme qui brise des carrières professionnelles et des vies. Pendant la crise, en 2008, la quasi totalité des entreprises du CAC 40 continuent à faire des profits, à hauteur de plus 65 milliards d'euros et pour près de la moitié d'entre elles, elles augmentent leurs bénéfices et les dividendes versés aux actionaires. La journée de grève et de manifestations du 19 mars tombent en pleine accélération des mouvements sociaux contre les charrettes de licenciements et les fermetures d'entreprises. Comme le 29 janvier, le 19 mars sera une grande journée de refus de la régression sociale, de défense de l'emploi et des salaires. Une seule journée « tous ensemble » ne suffira pas. En Guadeloupe et à la Martinique, c'est au bout de plusieurs semaines de grève générale que le pouvoir et les patrons ont plié. Pour interdire les licenciements, 300 euros net pour tous, le SMIC à 1500 euros net, obtenir le retait des réformes libérales, il faut préparer un mouvement de grève générale afin de faire céder le MEDEF et le gouvernement. Le NPA et ses militants seront présents dans les grèves et les manifestations le 19 mars.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article