MORALISER LE CAPITALISME ???

Publié le par zuzu

Que n’a-t-on entendu après le sommet du G20, tenu le 2 avril à Londres… “ Un tournant historique ” (Obama), “ redonnant confiance aux populations de tous nos pays ” (Gordon Brown, premier ministre britannique), et rien moins que “ la moralisation, la refondation du capitalisme ” aux dires de Sarkozy !

La réalité est cependant bien différente. La soi-disant lutte contre les paradis fiscaux, auxquels toutes les grandes entreprises font appel pour échapper à l’impôt, se limite à… la publication d’une liste, de pays que tout le monde connaissait déjà.

La seule décision concrète prise au G20 a été la mise à disposition du FMI et de la Banque mondiale de 1100 milliards supplémentaires. Ces deux institutions bien connues des peuples du Sud pour leurs politiques d’écrasement sont à la pointe de toutes les mesures de dérégulation et financiarisation.

A New York, Londres, Berlin ou Paris, partout une même politique

Sarkozy a cependant de bonnes raisons de se déclarer satisfait : ce qui a été décidé au G20 concorde parfaitement avec ce qu’il fait ici depuis deux ans ! D’ailleurs, l’enrobage aussi est assez similaire. Le “ communiqué final ” du G20 vaut bien le décret Fillon sur les stock-options, qui ne concerne en tout et pour tout que huit entreprises, pour deux ans seulement, et que les intéressés contournent déjà en augmentant la part de leur rémunération versée sous forme de salaire…

Une conclusion commune peut être tirée des sommets du G20 et de l’OTAN : les dirigeants capitalistes mènent partout la même politique mortifère, et partout c’est la mobilisation populaire qui est seule à pouvoir y mettre un coup d’arrêt. Coordonner nos luttes par-delà les frontières, en commençant par le niveau européen, est un besoin incontournable. Le NPA entend bien agir dans ce sens, en commun avec les autres organisations de la gauche anticapitaliste européenne.

Déclaration unitaire : pour un grand 1er mai de convergence des luttes !
7968_image.jpg

Après les mobilisations des 29 janvier et 19 mars, c'est un 1er mai exceptionnel qui se prépare dans toute la France. Pour la première fois depuis longtemps, en effet, toutes les organisations syndicales y appellent ensemble et prévoient plus de manifestations qu'il n'y en a eu le 19 mars.

Cela fait maintenant plusieurs mois que la colère sociale grandit dans le pays, multipliant les actions les plus diverses. La défense de l'emploi et le refus des licenciements sont à l’origine de conflits de plus en plus nombreux. Des secteurs comme l'université et l'éducation, la santé ou la Poste sont mobilisés depuis des mois. D'autres comme EDF-GDF intensifient leurs actions. Le 1er Mai peut constituer une étape supplémentaire dans la convergence et la généralisation de mobilisations sociales dont le mouvement des Antilles, notamment, a montré l’efficacité.

Bien que les choix politiques du gouvernement soient de plus en plus largement mis en cause, celui-ci refuse d'entendre les exigences sociales qui se sont exprimées, entre autres, au travers de la plate forme intersyndicale du 5 janvier et dans les journées des 29 janvier et 19 mars. Le gouvernement loin d’apporter une quelconque réponse aux urgences sociales du pays, une quelconque réponse efficace à la crise, laisse faire les plans de licenciement, continue de mettre en œuvre des choix qui font payer aux populations l'addition de la crise et s'enfonce à tous les niveaux dans un autoritarisme et un mépris insupportables. Tous les clignotants de la situation sociale et économique du pays restent au rouge. Il faut mettre un coup d’arrêt à la politique de Nicolas Sarkozy et du Medef et contribuer à faire grandir l’exigence d’autres choix de justice et de solidarité.

Cela concerne notamment l’opposition aux suppressions d’emplois et à la précarisation, dans le privé comme dans le secteur public, l'augmentation des salaires, du SMIC, des minimas sociaux et des retraites; la défense et le développement des services et de l'emploi publics ; l’annulation des lois Bachelot et Pécresse, la réorientation des richesses vers le développement de productions et de services susceptibles d'engager notre pays dans un tout autre mode de développement fondé sur la satisfaction des besoins sociaux dans le respect des équilibres écologiques.

La réunion du G20 présentée par Nicolas Sarkozy comme un grand succès n’a fait que conforter les choix qui sont à l’origine même de la crise. Aucun des mécanismes d'accumulation financière à l’origine de celle-ci n'est mis en cause, l’essentiel pour N. Sarkozy comme pour les dirigeants des grandes puissances étant la sauvegarde même de ces mécanismes.

De plus en plus en difficulté, le gouvernement semble aujourd'hui tenté par une stratégie de la tension dans laquelle il agite à nouveau le thème de l'insécurité. Il renforce sa volonté de criminaliser l'action sociale et collective, tente d’instrumentaliser les « séquestrations de patrons » que soutient une majorité de la population et lance une nouvelle loi sécuritaire stigmatisant les jeunes. Les enquêtes d'opinion ont montré que l'exaspération sociale était largement partagée. Nous refusons toutes atteintes aux libertés qui visent à museler la contestation sociale et politique.

La question de l'emploi devient cruciale. Face à des groupes qui sacrifient leurs salariés au profit de la rémunération des actionnaires et des plus hauts dirigeants patronaux, il est temps de stopper au plus vite les licenciements et d’éliminer toute conséquence du chômage partiel pour les salarié-e-s. Nous agirons dans ce sens aux côtés de celles et ceux qui sont concerné-e-s.

Nos organisations, comme elles l'ont fait lors des précédents rendez-vous de mobilisation sociale, appellent à la réussite d'un 1er mai 2009 historique. Elles seront aux côtés des salarié-e-s, de tous les travailleurs, de toute la population pour amplifier la mobilisation populaire afin d’obtenir les changements de cap politiques nécessaires.

Signataires : Les Alternatifs, le NPA, le PCF, le PS, La Gauche Unitaire, Le PG, Le MRC, Le PCOF, La Fédération, ADS, Alter-Ekolos-Ecologie Solidaire, La CNCU.

Stratégie syndicale en question : la mobilisation est mise au chômage partiel
2009_Manif_du_19_mars_06.jpg

 

Les plans de suppressions d’emplois, les fermetures d’entreprises se multiplient et  la colère monte chez les salariés concernés. Le gouvernement et le patronat veulent profiter de la crise pour avancer dans les réformes libérales et les actionnaires entendent bien maintenir leur marge en utilisant les salariés comme variable d’ajustement.

Après le19 mars, comme au soir du 29 janvier, les millions de grévistes et de manifestants n’ont pas réussi à infléchi cette politique…Alors, que faire ? Un important sentiment d’incompréhension s’est répandu depuis  15 jours dans les milieux syndicaux combatifs.

L’unité syndicale maintenue est sûrement un atout pour mobiliser ensemble. Mais c’est un outil pour gagner, pas une fin en soi… ….

Alors, le 1er Mai comme seule perspective ? Qui peut dire sérieusement que le but des directions confédérales est de construire un rapport de force pour faire mettre un genou à terre au patronat et au gouvernement, comme l‘ont fait les Guadeloupéens ?

 

Ce n’est visiblement pas leur but. La direction CFDT a le mérité de la clarté, elle qui disait clairement qu’il n’était pas question de nouvelle date de grève et qui se satisfait des « débuts de réponses » que sont pour elle la création du « fonds d’investissement social », et le décret-bidon sur les rémunérations des dirigeants d’entreprises qui va toucher quelques dizaines de patrons, au plus !

LA CGT, plus discrète à applaudir les « avancées » du gouvernement, l’est, malgré tout, tout autant pour avancer un projet de mobilisation d’ensemble….et met toutes ses forces pour un 1er Mai massif et unitaire en proclamant que les salariés « jouent la gagne ». De même Force Ouvrière qui tout en menaçant d’une nouvelle journée de grève, se satisfait du cadre de l’Intersyndicale.

La FSU avait manifesté la nécessité d’une nouvelle journée au mois d’avril, et Solidaires dans un communiqué de son Bureau national réaffirme « Si une grève générale ne se décrète pas, ne pas proposer cette perspective, ne pas l’organiser, c’est faire en sorte qu’elle n’ait pas lieu. Au contraire, nous pensons qu’il est de la responsabilité du mouvement syndical, aujourd’hui, d’y travailler. ». C’est  vrai, et justement ce n’est pas le chemin que prend le front intersyndical. Pas plus qu’il ne cherche à souder ensemble les salariés des entreprises touchées par les plans de fermetures et de suppressions d’emplois pour réaliser une mobilisation nationale pour interdire les licenciements et défendre tous les emplois.

A ce jeu de saute-mouton, une nouvelle initiative (peut-être ?) au mois de juin et les vacances d’été arriveront.

La stratégie de l’essentiel des directions syndicales est seulement de rappeler leur présence au gouvernement et à Sarkozy pour tenter d’obtenir quelques limites à l’offensive patronale. Mais elles n’envisagent nullement de construire un mouvement d’ensemble, une grève générale qui imposerait l’interdiction des licenciements, le paiement à 100% par le patronat du chômage partiel, et de réelles augmentations de salaires.

Pourtant, l’aspiration existe réellement pour aller dans ce sens. Des revendications de cet ordre, et d’autres plus détaillées, apparaissent dans des déclarations d’intersyndicales locales, de syndicats CGT, dans l’appel de Solidaires. Ces mêmes appels critiquent la tactique de journées ne visant pas réellement à créer un rapport de force.

Il faudra faire en sorte que ces voix se fassent entendre et dépassent les blocages existant dans le mouvement syndical.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article